Commémoration au fort de BONCELLES

Monument du fort de Boncelles le 25 mai 2018.

Avec les autorités de la ville et les associations patriotiques la polices et le plus important la participations des élevés de 5em et 6em primaires et l’on ne peut que les féliciter pour leurs prestations .

Verre de l’amitié offert par la commune de Seraing.

Respect de la vie privée.

ONZE NOVEMBRE  –  ELF NOVEMBER

 

Fédération Royale Nationale        Koninklijk Nationaal Verbond

a.s.b.l.  –  v.z.w.

Respect de la vie privée.

Les dispositions du règlement européen, dit Règlement général sur la protection

des données sont en application depuis le 25 mai 2018.

 Ces dispositions s’appliquent également dans le cadre de notre ASBL.

 Notre Fédération disposant de certaines données à caractère personnel, dont

principalement les coordonnées de nos membres, nous nous devons de garantir

 la conservation et l’utilisation de celles-ci, qu’avec l’accord des intéressés.

Il est bien clair que les données ne seront utilisées que dans le seul but de la

transmission d’informations spécifiques à notre association patriotique.

Dès lors, aucune communication de ces données à l’attention de tiers sera envisagée.

Dans un contexte d’éthique, nous demandons donc à nos membres de nous transmettre leur autorisation écrite afin de pouvoir conserver leurs coordonnées personnelles dans notre base de données.

(par mail ou par courrier au siège social :

F.R.N. « Onze Novembre » rue Montoyer, 1 à 1000 – Bruxelles.)

 Au Nom du Conseil d’Administration,

Le Président national,

 

Christian Mertens

In Memoriam

Un puzzle du camp de Dachau fait scandale

 

Écrit par Administrateur
Lundi, 01 Octobre 2012 23:00

Un puzzle du camp de Dachau fait scandale

Rédaction en ligne du magazine  Le Soir

dimanche 30 septembre 2012, 21:05

Un puzzle convenant aux enfants « à partir de 8 ans » représente des fours d’un crématoire du camps de concentration de Dachau. Le jeu crée l’indignation en Allemagne.

Amazoncom

Des images des fours d’un crématorium du camp de concentration nazi de Dachau sont représentée sur un puzzle disponible sur le site américain du géant de la distribution en ligne Amazon. Le jeu suscite l’indignation en Allemagne dimanche.

Le puzzle de 252 pièces vendu actuellement 24,99 dollars ou 17,99 livres (environ 20 euros) sur Amazon montre une photo de deux fours d’un des deux crématoriums de Dachau, en Bavière, dans le sud de l’Allemagne, où des corps de prisonniers étaient brûlés. Présenté dans la catégorie jouets, ce puzzle est indiqué comme convenant aux enfants « à partir de 8 ans ».

Une lettre au patron d’Amazon

« Pour les survivants des camps de concentration et les proches des victimes, c’est un véritable camouflet », écrit dans une lettre citée par le magazine Der Spiegel, Gerda Hasselfeldt, présidente au Parlement du groupe CSU, le parti frère bavarois de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel et députée de la circonscription où se trouve l’ancien camp.

Cette lettre est adressée à Jeff Bezos, patron du distributeur en ligne américain Amazon, citée par le magazine Der Spiegel sur son site internet.

« Le mémorial de Dachau est un lieu de souvenir pour la souffrance d’innombrables victimes. Cela ne peut pas être dans l’intérêt d’Amazon de vendre un tel jeu », écrit Hasselfeldt.

« Ce jeu minimise la signification de ce lieu et de l’Histoire »

La photo dont est tiré le puzzle provient du fonds d’une agence d’images spécialisée dans la photo de voyage. Le puzzle est proposé à la vente sur Amazon.com mais expédié par un sous-traitant américain, a constaté l’AFP.

Le puzzle n’est pas disponible à la vente sur le site allemand d’Amazon.

« Ce jeu minimise la signification de ce lieu et de l’Histoire », a renchéri Dirk Riedel, un responsable du lieu de mémoire consacré à l’ancien camp, cité par la presse locale. Le site de Dachau envisage de faire vérifier si la vente d’un tel objet est légale.

Mise à jour le Mardi, 02 Octobre 2012 18:16

 

Noël Deweerdt

 

Écrit par jacques wuyts
Samedi, 03 Septembre 2011 10:01
Nous avons appris le décès de monsieur Noël Deweerdt le 29 mai à Erps-Kwerps, il était né à Kortemark le 25 décembre 1925. Il fut le président national de la F.N.C Onze Novembre de 1990 à 2006.

En 1943 il devint membre de l’Armée Secrète, section de Furnes, pendant ses études à l’Ecole Navale à Ostende. Ensuite, en 1944, il poursuivit ses études à l’Ecole Navale Supérieure d’Anvers, tout en restant dans la résistance. Pendant cette période il participa à diverses actions de sabotage.

A un certain moment il tomba dans les mains de la Gestapo et fut emmené dans la Begijnenstraat à Anvers. Après quelques jours d’interrogatoires il fut conduit avec trois autres prisonniers entre deux feldgendarmes, vraisembablement vers Breendonk. Mais il parvint à s’échapper et s’enfuit dans un bateau de pêche en l’Angleterre. Là il s’engagea comme volontaire dans la section belge de la Royal Navy. En mars 1946 il fut démobilisé. Entre temps son père et ses deux frères furent arrêtés quelque temps en guise de représailles.

Voilà en résumé le récit de guerre d’un homme méritant, qui s’est engagé pendant des années comme président national de notre fédération. A madame Pepermans nous présentons nos chaleureux sentiments de sympathie à l’occasion du décès de son époux.

Médaille de GHISLAIN.

PDF Imprimer Envoyer
Écrit par CHRISTIAN MERTENS
Jeudi, 31 Mai 2018 08:31

« Notre Fédération compte en ses rangs, son porte-drapeau national.

Ghislain Tielemans officie en tant que tel depuis de nombreuses années.

On ne compte plus ses participations autant en province de Liège que lors

de cérémonies locales ou nationales.

Le Conseil d’Administration a ainsi décidé de l’honorer en le décorant de

la médaille d’argent de la Fédération. Le Président national lui a décerné

cette décoration accompagnée du diplôme lors de la réunion du Conseil

en date du 25 mai 2018.

Avec nos chaleureuses félicitations.

Au nom du Conseil d’Administration,

Le Président national  –  Christian Mertens

  • Médaille d’argent – G. Tielemans.jpg
    1.6MB
Mise à jour le Jeudi, 31 Mai 2018 08:32

Activités 2018 NAMUR

Ecrit par Christian Mertens
Lundi, 12 Février 2018 14:50
Index de l’article
Activités 2018 NAMUR
Page 2
Toutes les pages

Chaque année, au mois de février se tient une cérémonie en hommage à François Bovesse.

Grand défenseur de la démocratie, ce dernier fut notamment Gouverneur de la province de Namur
durant les heures sombres du second conflit mondial. Il fut lâchement assassiné le 01 février 1944
par des rexistes.
Notre section de Saint-Servais-Namur « Onze Novembre  » était représentée avec son drapeau lors de
cette cérémonie. La Musique Royale de la Police de Namur assurait la prestation musicale.
(En blanc, Madame Isabelle Delhalle, Présidente de l’Interfédérale des Groupements Patriotiques
de Namur)Télécharger toutes les pièces jointes sous forme de fichier .zip
DSC05655
.JPG
2.9MB

DSC05654
.JPG
2.9MB

DSC05653
.JPG
2.7MB

DSC05652
.JPG
2.7MB

DSC05651
.JPG
2.6MB
DSC05650
.JPG
2.7MB

C’est ce jeudi 29 mars qu’une délégation de notre section « Onze Novembre » de St-Servais-Namur
s’est rendue à la caserne Sous-Lieutenant Thibaut à Flawinne (Namur) afin de rendre l’hommage
réservé aux dix para-commandos assassinés à Kigali en mars 1994.
Une cérémonie sobre et empreinte d’émotion s’est déroulée en présence des familles des victimes
et des autorités civiles et militaires.
Il nous fut d’autre part proposé de visiter le musée des commandos situé dans la caserne.
Un repas dans le restaurant de la caserne clôtura cette journée.
Les annexes jointes donnent d’amples informations relatives à la visite du musée. (A voir en groupe avec guide)
Christian Mertens – Président section « 11//XI » Saint-Servais-Namur.

Para commando Namur

HISTORIQUE

Signification de la Commémoration du 11 novembre PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 29 Décembre 2009 17:09

Importance et portée de la Commémoration du 11 novembre 1918
par le Lieutenant-Colonel honorifique Paul Eygenraam

Afin de décrire l’importance et la portée de l’ Armistice du 11 novembre 1918, il y a lieu, en cette célébration de son … anniversaire, d’établir le rapport dans son contexte hisstorique. Depuis 4 ans l’ Allemagne et l’Autriche, avec leurs alliés, les Bulgares et les Turcs, étaient en guerre contre la France et l’ Angleterre et leurs alliés, les Italiens, les Roumains et les russes.
En mars 1918, après le traité de Brest-Litovsk, lorsque les Allemands furent libérés de la menace du nouvel Etat Soviétique dans l’Est, ils déclenchèrent, avant l’épuisement total, une offensive énorme dans l’ouest afin de forcer ainsi les alliés à la capitulation.
Le 21 mars 1918, les troupes impériales allemandes du Général Ludendorff lancèrent une offensive sur la Somme. Entreprenants, ils prennent l’armée britannique du Général Gouch par surprise et obligent de la sorte le Maréchal Haig, commandant en chef de l’armée britannique de demander du renfort aux Français.
Le Général Pétain hésite à affaiblir le front de Champagne car il souhaite protéger Paris qui, déjà en 1914, fut menacée par l’offensive de la Marne. Néanmoins, son collègue anglais désire surtout sauvegardeer les ports d’approvisionnement de la Manche.

Un commandant en chef pour l’ Armée alliée

Le 28 mars 1918, les autorités civiles et militaires, les plus hautes placées, se réunissent à Doullens : sont présents, pour les Français : R. Poincaré, Président de la République, G. Clemanceau, Président du Conseil, le Commandant en chef le Général Pétain et son chef d’Etat-major Foch : pour les Britanniques : Lord Milver, premier ministre de la guerre, le Maréchal Haig et son chef d’Etat-major Sir Henry Wilson. Au sortir de cette réunion, le Général Foch fut nommé commandant en chef des armées anglo-françaises.
Le 9 avril, les Allemands attaquent les ports de Nieuwport, Dunkerque et Calais. Cette première phase de la bataille de Flandre se termine le 25 avril, sur le mont Kemmel, par unevictoire sanglante des Allemands.
Dans le courant du mois de mai, les divisions de Ludendorff, conpquérirent Soissons et Château-Thierry. Mais la fatigue des troupes était évidente.
Du 15 au 18 juillet 1918, ils essaieront vainement de percer le front de la Marne afin d’atteindre Paris
Le nouveau commandant en chef arrête leur progression vers la Champagne par une contre-attaque victorieuse menée par le Général Mangin. On venait juste de lui octroyer le renfort d’un million de soldats américains, mené par le Général Pershing,
Les attaquent le long de Montdidier, Cambrai, St Michel et l’ Argonne s’intensifient.
Le 8 août Foch est promu au grade de Maréchal.

L’assaut belge en Flandre

Le 29 septembre 1918, l’attaque interalliée, dans laquelle l’armée belge du Roi Albert jouera un grand rôle, est déclenchée.
Le Roi Chevalieer dispose de valeureux soldats, aguerris par quatre ans de guerre, et des troupes britanniques sous le commandement du Général Arnim : leurs butin de guerre se chiffrera à 9000 prisonniers de guerre et de 200 canons.
Entre le 24 et le 29 octobre 1918, les soldats italiens du Maréchal Diaz écrasèrent les Austro-Hongrois à Vittorio-Veneto tandis qu’en Macedoine le Maréchal Franchet d’Epery vainc les Bulgares ; dans la mer Egée les Britannques forcent les Turcs à capituler.
Ces pertes énormes signifient la fin de la monarchie des Habsbourg en Autriche-Hongrie et des Hohenzollern en Allemagne.
En date du 9 novembre, l’Empereur Willem II abdique et la répubulique de Weimar est proclamée. L’Empereur se retire en exil à Doorn aux Pays-Bas.
L’Empereur Charles I d’Autriche-Hongrie abdiquera le 12 novembre 1918, tandis que son épouse l’Impératrice Zita se fixera à Steenokkerzeel en Belgique.

L’Armistice en Occident

Le 11 novembre 1918 à 11 heures, dans un wagon à Rethondes, près de Compiègne, l’armistice du front occidental est signé. La délégation alliée se présente sous la direction du Maréchal Foch en face nous trouvons le Dr. Erzberger qui représente l’Allemagne, tandis que sur tous les fronts, clairons et trompettes font retentir l’halte au feu.
Nonobstant les énormes pertes militaires, la joie est exubérante. Pour la Belgique les pertes s’élèvent à 42.000 soldats et 9.000 civils.

Quelles furent, sur le plan international, les conditions imposées à l’Allemagne ?

  • Evacuation , endéans les 15 jours, par les Allemands de toutes les régions occupées an France, Belgique et Luxembourg, et dans la quinzaine suivante des régions de la rive gauche rhénane ainsi que d’une zone de 10 km sur la rive droite où des têtes de pont seraient établies par les Alliés.
  • livraison de 5.000 canons et de 25.000 mitrailleuses, ainsi que de tous les sous-marins et de 25 navires de guerre.
  • libération immédiate et sans échange de tous les prisonniers de guerre
  • résilliation du traité de Brest-Litvosk avec la Russie, Bucarest et la Roumenie
  • retrait dans les frontières de 1914 de toutes les troupes allemandes
  • maintien du blocus jusqu’au traité de paix, les Alliés assurant le ravitaillement de la population.

(extrait de : L’ époque contemporaine de Roger Caratini)

Le traité de Versailles

Les pourpalers propres pour la paix ne débutèrent en fait, à Versailles, que quelques semaines plus tard, le 18 janvier 1919.
La conférence prendra fin le 28 juin, à la signature d’un traité de paix comportant la création des Nations Unies ainsi que d’importantes modifications territoriales

  • la France revient à ses frontières de 1870
  • la Pologne reçoit Posnan, une partie de la Poméranie ainsi que le port de Dantzig,
  • la Belgique acquiert les cantons d’Eupen et de Malmédy ainsi qu’une compensation de 10 milliard de francs.i

Il est interdit à l’ Allemagne d’installer des troupes sur la rive gauche du Rhin, mais est aautorisée à conserver une « Reichswehr » (garde nationale) de 100.000 hommes tandis qu’une force aérienne et sous-marine est interdite.
Plus tard, cette « Reichwehr » deviendra une troupe d’élite dans laquelle Hitler, moins de 20 ans plus tard, puisera les cadres d’une armée vengeresse de millions de soldats.

Un discours du Trône historique


En Belgique, le cabinet de guerre Cooreman cède la place à celui dit « de reconstruction » de Delacroix.
Le 22 novembre, le Roi Albert, dans un discours qualifié d’historique, appelle :

  • à la paix scolaire
  • au système électoral universel
  • et à la création d’une école supérieure flamande

Le pays compte

  1. un million de chômeurs
  2. l’industrie ainsi que les chemins de fer sont partiellement détruits
  3. le réseau routier est fortement détruit
  4. partout il y a des ruiness
  5. et pour la reconstruction des contrées ravagées, il faudra emprunter de l’argent à l’étranger

La vénération du souvenir

Après la Première guerre mondiale, la commémoration de l’Armistice fut célébrée le 11 novembre comme étant la fête de la victoire ; on avait coutume de dire « la victoire de la civilisation sur la barbarie« .
Après 1940-1945, la signification de ce jour mémorable prit un nouvel élan et fut remplacé par un hommage  aux anciens combattants et aux troupes alliées.
Lorsque l’Allemagne adhéra à l’OTAN, quelque chose changea. L’ennemi d’hier devint un allié tandis que l’URSS, aussi de part la construction du mur de Berlin, fut considéré comme l’ennemi potentiel.
Ainsi une nouvelle orientation naquit « une fête de la paix« .

Dans son livre « 11 novembre, une certaine idée de la France » Alain Griotteray écrit :
« c’est le jour de prise de conscience et de retenue alors que nous ne devons pas seulement penser aux héroïques et glorieux combattants morts pour la patrie, mais nous devons aussi nous repentir et considérer la mesure de leur sacrifice par rapport à la question, pourqoui ?
tandis qu’ Henri de Montherland dans « More Vita » annonce :
« …que cette paix, de quoi les tâches dans une notion plus méritante, sont davantage multiples et plus difficiles que celles de faire la guerre, nous troublent plus profondément.
Puissons dans cette paix, les raisons poour aimer, pour être mis à l’épreuve, pour souffrir pour nous-mêmes et pour nos prochains. »
C’est aisi que le message de l’écrivain rejoint  celui d’une reine.

Conseil d’administration

 

Président National :

Christian Mertens

Rue De Marette, 15
5081 Bovesse
Tél.: 081/56.80.24 .

Mail:  christouillemer@hotmail.com


Vice-président National :

Delbovier Julien. Responsable du site Web
Rue Robiet 25
4100 Boncelles
Tél : 04/336.25.95
Gsm 0476/246523.

Mail:   delborobiet@yahoo.fr


Secrétaire   :

DELGOFFE Chritian

Vosseslag 69

8420 De Haan

0479/56 00 74

christian.delgoffe@gmail.com

 

Trésorier National :

REVERSEZ Claude

Rue du village 368

4000 ROCOURT

Tel +32474063818

Mail: clauderevercez@skynet.be

 

Administrateurs nationaux

TIELEMANS Ghislain.

Rue de l’église 44

4852 Plombières

Tel:087/787319

Tel: +32479090841

Porte drapeaux NATIONAL.

Mail: ghislaintielemans@outlook.fr

Didier CELLIERE 
rue du Ranimé,
5020 MALONNE 
0474/01.50.53.
Porte drapeaux de la section de NAMUR.

 

van sprang Jack

Ketelpoort 32

9000 Gent

Tel. 09 223 24 76

 

Administrateurs Honoraires :

Vice-président National :Honoraires

André De Bruycker

Bexstraat, 11 – B9
2018 Antwerpen
Tél.: 03/232.51.94
Gsm : 0473/77.29.23.

Mail:   adbmtb@skynet.be

Jacqueline Vandermeer
Kerkstraat, 5
3060 Bertem
Tél :016/.48.92.73
Gsm : 0477/088686

 

Gustave Harts
Bvd du Souverain, 138/24
1070 Bruxelles
Tél.: 02/673.97.45

 

Mandataires locaux

Anvers : André De Bruycker, (voir ci-dessus)

Deinze : J. Deschepper, Veldstraat,44 – 9800 Deinze – Tél.: 09/380.30.35

De Haan: DELGOFFE Christian Vosseslag 69

8420 De Haan 0479/56 00 74

Montbliart : J. Potvin, rue d’Eppe, 40 – 6470 Montbliart

Tervuren : Agnès Pepermans Dekennijstraat, 21/4 3071 Kortenberg Tél : 02/757.04.03

St. Martens-Latem : Jacques Wuyts, Meerstraat, 7 – 9830 St. Martens-Latem – Tél.: 09/ 282.33.90

Namur : Christian Mertens – (voir -Président National:)

Liège : Julien Delbovier – (voir ci-dessus)11